Variateur à triac

Récemment, j’ai branché une lampe halogène qui n’avait pas servi depuis des années. J’allume ça marche, je la déplace de quelques mètres et la branche à une autre prise. Ça ne marche plus… Le témoin orange sur le boitier du variateur ne s’allumait plus, j’ai pensé que le problème était là dedans. Bon en fait, il s’avère que c’était l’ampoule qui avait claqué sur le chemin. Toujours est-il que j’ai démonté le variateur et j’ai appris plein de choses sur le circuit électronique permettant de faire varier la tension et donc la luminosité de l’halogène.

En cherchant un peu sur Google, j’ai trouvé que ce genre de variateur est un circuit centré autour d’un triac : Variateur à triac : fonctionnement et schéma.

triac_variateur

La carte contient en effet un triac : un BT136. C’est lui, en noir, au fond, adossé à son radiateur. A côté, il y a un composant bleu qui ressemble à une diode. Il s’agit en fait d’un diac. Et en orange devant le triac, il s’agit d’un condensateur. Ce condensateur se charge jusqu’à rendre le diac conducteur, puis se décharge à travers ce même diac, activant du coup la gâchette du triac. Le triac devient conducteur et l’ampoule halogène reçoit alors du courant. Le potentiomètre, à gauche, permet de régler le temps de charge du condensateur et donc la « bande-passante » du triac. Quelques résistances complètent le circuit comme expliqué dans le lien.

Si derrière le bornier vert, on voit le témoin lumineux et ses résistances de protection, il reste encore des composants non expliqués sur la carte. L’ampoule est à alimenter en 230V et non en 12V, donc ce gros truc enroulé de fils de cuivre n’est pas un transformateur comme je l’avais d’abord pensé. Il s’agit en fait d’une bobine. Il est accompagné d’un condensateur en boitier jaune. Ensemble, ils forment la cellule de protection décrite dans le schéma 001b de cette page de Sonelec : Gradateur de lumière 001.

Entre la bobine et le témoin lumineux, il y a un petit composant noir avec 2 pattes blanches façon fil textile. Il est écrit dessus T1WC 250V 2A tf 115°C. Google suggère qu’il s’agit d’un fusible thermique (thermal fuse en anglais, ce qui est cohérent avec le tf 155°C écrit dessus). Il vient en complément du fusible classique visible au fond à droite pour la protection du circuit.

Voilà, les composants du montage sont identifiés. Je vous laisse lire les liens pour comprendre le fonctionnement du circuit en détails. Sonelec a aussi des pages dédiée pour le triac.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s