Bobines d’arrêt : it’s chocking !

Le dernier numéro d’Électronique et Loisirs Magazine propose un article sur la réalisation d’une antenne radio active. Une antenne active possède une pré-amplificateur qui vient s’intercaler entre l’antenne et le récepteur radio. On peut ainsi considérablement réduire la longueur de l’antenne. Le montage proposé est auto-alimenté. En fait, la câble coaxial BNC reliant le pré-amplificateur et le récepteur porte le signal radio vers le récepteur ; il porte également une tension continue (fournie par le récepteur) vers le pré-amplificateur. Cette tension auto-alimente le pré-amplificateur. On retrouve le principe des alimentations fantômes pour les microphones.

Pre-amplificateur

Pré-amplificateur pour antenne

L’article prévoit également le cas où le récepteur ne fournirait pas cette tension d’auto-alimentation. Il faut alors rajouter une alimentation stabilisée externe et l’auteur découple cette alimentation avec deux condensateurs et une bobine. Découpler une alimentation avec des capacités, je connaissais, c’est classique. Avec une bobine, c’était une découverte ! Évidemment, je n’allais pas en rester là et j’ai cherché le principe d’un tel découplage.

C’est ainsi que j’ai découvert les bobines d’arrêt. On les appelle aussi self de choc, qui est une traduction assez moche du terme anglais chocke coil. Elles sont utilisées pour affaiblir les signaux à haute fréquence tout en laissant passer les signaux à fréquence plus basse et le courant continu. Son action est donc l’inverse de celle des capacités de liaison, qui laissent passer les composantes alternatives et bloquent la composante continue du signal. Les bobines d’arrêt sont donc utiles lorsque des fréquences élevées sont mises en jeu. C’est le cas dans le cas de cette antenne radio où la bobine empêche le signal radio à haute fréquence de remonter dans l’alimentation. Le choix de la bobine dépend beaucoup des fréquences à bloquer, comme l’explique cette page.

Le schéma suivant montre un exemple de self de choc bloquant la remontée du signal haute fréquence de sortie vers l’alimentation du transistor :

Exemple de bobine d'arrêt (cliquez pour accéder à la source)

Vous trouverez un autre exemple dans le schéma typique d’utilisation du MAX2611. Si vous voulez plus d’informations, lisez la page de Wikipedia anglais et suivez les liens externes.

Bref, après cet intermède instructif, je retourne à la lecture de mon article sur l’antenne active ^^

Publicités

Une Réponse

  1. Pingback: Bobines d’arrêt : it’s chocking !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s